Chapitre 2-La raison de l'amour n'est pas toujours la meilleure


Le lendemain matin, ma tante ne me fit aucun commentaires et j'en fus plus que soulagée...
Sur le chemin pour aller au lycée, je croise Violette, qui discute avec un homme. Elle sourit et ne semble pas du tout timide. Je me dirige alors vers elle, sourire au visage.

-Salut Violette !
-Oh, bonjour Airi ! Comment vas-tu ?
-Bien. Et toi ?
-Oui... Ahem, je te présente mon père... Papa, voici Airi.
-Enchanté, je me nomme Armand.

Je souris au père de Violette et celui-ci nous laisse, partant à son travail. Je fais le reste du trajet avec Violette, apprenant que sa mère est morte il y a quelque mois, à la fin de son année en tant que première.
Je ne peux que ressentir qu'un pincement au c½ur en apprenant ceci. Mais elle, au moins, elle a la « chance » d'avoir encore son père...
-Et donc, tes parents sont... En voyage d'affaires...
-Oui. Ils parcourent le monde, à la recherche de nouvelles idées pour leur travail.
-Ils travaillent dans quoi ?
-Ils sont tous les deux architectes à Londres.
-Ah... D'accord... Et ça ne te fais pas bizarre ?
-De quoi ?
-J'imagine que tu devais avoir une super vie là-bas... Et là, tout change radicalement... Enfin... Raaaaaaaaaah, désolée, ça ne me regarde pas !

Elle rougit violemment et je rigole, la faisant sursauter.
-Ahaha, tu sais, je n'ai pas eu une vie de château ! Certes mes parents ne vivent pas dans le manque d'argent et j'ai été pendant toute ma scolarité, jusqu'à maintenant, dans un établissement privé mais j'avais le choix, tu sais ?
-Tu veux dire ?
-J'aurais pu aller vivre chez ma tante, la belle s½ur de mon père plus précisément, avec ma cousine et mon cousin... Mais j'ai préféré vivre chez la s½ur de ma mère... Juste parce que j'avais envie de voir ce que ma tante disait être « une vie simple »
-Tu veux dire ?
-J'en ai juste marre que l'on me prenne pour une fille à papa. Mes choix, je les fais seule ! Mes parents m'ont soutenu... Et me soutiennent encore.
-Je pense que tu as déjà tout ce qu'il te faut Airi.
-Oh non... Il me manque des choses essentielles que personne ne pourra remplacer.
 
Elle me regarde droit dans les yeux et j'ai l'impression d'être passée aux rayons X.
O0o.o0O

Nous partons directement en classe, les autres étant tout bonnement introuvables.Sur le chemin menant à notre salle de classe, je prends les livres qui se trouvent dans mon casier.
C'est quand nous nous laissons toutes les deux glisser le long du mur en face de la porte de notre salle de classe que je me décide à relancer la discussion.
-Ils font souvent le coup ?
-De quoi ?
-De disparaître comme ça, à l'improviste...
-Non...
-Manquerais plus qu'on apprenne qu'en fait, on commençait à 10H ou quelque chose du genre, dis-je ne rigolant !
-Oh non !

Elle fait une moue boudeuse et je tire sur ses joues, en rigolant.
Les autres arrivent une dizaine de minutes plus tard, discutant de tout et de rien.
-Eh ben, vous en avez mis du temps, dis-je en regardant le groupe qui s'assoit en cercle dans le couloir avec nous !
-Oh toi la nouvelle, tu t'calmes. Ok ?
-Excusez moi ô Seigneur aux cheveux de feu !
-Da-Da-Da-Dafuq ?!
-Airi, tu viens de clouer le bec à Castiel, dit Rosalya en souriant.
-Des années d'expérience !
 
Il grogne et s'enferme sur son portable. On continue de discuter et j'apprends que les vêtements de style Victorien que portent Rosalya et Lysandre viennent du magasin de Leigh... Je ne suis même pas étonnée, je pense que je m'en suis doutée en fait...
O0o.o0O

Les cours de la matinée passent avec une vitesse digne d'un escargot -encore- et je viens à espérer l'arrivée du week-end, ainsi que des vacances... Alors que nous ne sommes que le deuxième jour de cours de l'année...
Midi arriva enfin, me sortant de ma torpeur. On part en quatrième vitesse au self et Kim nous rejoints, fatiguée.
On s'assoit tous à une grande table et je regarde tout ce petit monde discuter gaiement.
-Dis Airi, c'était comment ta vie à Londres, me demande Alexy les yeux pleins d'étoiles ?
-Heu...

Mes doigts se resserrent sur ma pauvre fourchette et je cherche les mots, qui pourraient en même temps, contenter la curiosité d'Alexy et me permettre de ne pas soulever d'autres questions sur moi.
-Eh bien... Je ne peux pas dire que la vie là-bas est... Extraordinaire. J'allais au lycée, j'avais des amis, je partais de temps en temps pendant les vacances chez mes grands-parents ou chez mon oncle et ma tante... C'était pas une vie d'château quoi... Bon, ensuite je faisais des voyages avec ma famille et des fois, je passais les vacances chez ma tante, ici...
-Ici ? Pourtant, on ne t'a pas vu, dit Rosalya soudainement très intéressée.
-Ah... Bah aussi, je ne vous ai jamais vu... J'y étais souvent pendant les vacances d'étés alors peut-être que vous n'étiez pas là...
-Mmh...
 
Rosalya me regarde avec ce regard que Violette m'a lancé plus tôt dans la journée. Cette foutue impression de rayons X me reprend et j'esquisse un sourire.
Les yeux dorés me montrent que Rosa' sait que je lui cache quelque chose. Mais me faire avouer, c'est comme apprendre à nager à une pierre...
O0o.o0O

On reprit les cours sans grande envie, deux heures de sport nous attendant.
Heureusement pour nous, je crois, nous allons faire toute l'année du foot. Heu... D'accord...
O0o.o0O

C'est pas du foot, c'est de la torture en fait ! J'ai mal de partout...
C'est en me plaignant que je rentre et que je vois une touffe de cheveux blonds me sauter dessus. Je ne peux pas esquiver et j'ai encore moins la force de supporter mon poids ainsi que celui de ma tante. Plus mon sac de cours. Alors je m'écrase dans un grand fracas sur le sol, ma tante me prenant pour un coussin.
-Tata... Tu m'écrases...
-Hi hi hi !
-Tata... Je ne peux plus respirer.
 
Elle souffle un tu n'es pas très drôle toi ! avant de me demander comment ma journée s'est passée.
Je lui raconte à-peu-près tout ce qui reste dans ma tête et décide de faire mes devoirs. Je dois reprendre le rythme scolaire comme nous ont si bien radoté les professeurs... On sait... On est au courant... N'oublie pas que tu as ton BAC cette année, me dis-je pour essayer de me concentrer. Et finalement, ça marche.
Devoirs finis, dîner engloutie -pour ne pas dire dévoré- et douche faite, me voilà tranquille. Mes affaires sont prêtes, je n'ai plus rien à faire sauf attendre 21H pour aller me coucher... Alors je discute avec ma cousine.
On déconne un peu, discutant de tout et de rien. Je sourie en lisant ses blagues et lui rend l'appareil. Elle me parle aussi de son frère et de sa mère. Leur père est mort, il y a quelques mois... Deux-trois mois avant mes parents, si je me souviens bien... Tss, le sort s'acharne sur nous.
Vers 20H50, je décide de couper la discussion et elle s'arrête sur un dernier message de Jeanne, qui me dit rien qui vaille.
_Moi je te dis que tu vas passer un JOYEUX Noël... Enfin, tu verras. On a un super cadeau pour toi... Allez, bisous !
 
Ça ne me dit rien qui vaille mais bon...
O0o.o0O

Un mois... Voilà un mois que je suis ici, que je vis avec mes nouveaux amis. Mes relations ont changé... Je m'entends super bien avec Castiel, en étant aussi la seule qui puisse lui sortir des piques sans craindre un coup, et Rosalya aussi. Elle, elle est vraiment une fille pleine d'énergie. Pimpante, souriante, c'est un arc-en-ciel, aussi grand qu'une galaxie. Iris est toujours souriant, elle aussi. Sociale à souhait, bavarde aussi. Sauf quand il s'agit de secret. Là, vous pouvez être sûrs de tomber sur une tombe. Violette est timide, ça c'est un fait. Mais quand on arrive à lui parler, elle se lâche. Et ça en devient difficile, quand il faut qu'elle se taise. Et puis, elle dessine super bien et ça lui arrive de me donner des « cours » de dessin à la pause... Kim est une fanatique de sport et elle fait partie du club de basket. Des fois, je vais la voir s'entraîner avec les filles. Alexy, que je surnomme schtroumpf, est tout le temps souriant. C'est une pile électrique ce mec... C'est pas possible. Son jumeau, Armin, est bien plus calme. Des fois, on parle jeux vidéos mais me voilà bien surpassée avec tout ce langage que je peine par moments à saisir. Je crois que je n'ai oublié personne... Ah si, Nathaniel et Lysandre. Le blond, merci Castiel pour le surnom, aime bien tout ce qui touche aux livres. Et pis, quand on comprend pas un truc en cours... Il nous explique pendant la pause. C'est sympa. Et Lysandre, Lys' comme s'amusent à l'appeler les autres même si je préfère l'appeler par son prénom, est toujours le nez dans son cahier, où il écrit les chansons -paraît-il- pour le groupe qu'il forme avec Castiel. Tête en l'air, je ne crois pas qu'il ne se passe une journée sans qu'il ai oublié quelque chose...
Les cours se passent toujours affreusement lentement et heureusement que mes nouveaux amis sont là, sinon je pense que je me serais pendue, à force.
Mais attendez un instant ! Ne croyez pas que je n'ai fait que des bonnes rencontres... Il y a Ambre aussi... Une fille un peu pathétique, faut le dire. Elle est tombée amoureuse de Castiel... Alors, en plus d'être ridicule à souhait, voilà que j'apprends qu'elle est la s½ur de Nathaniel... Je ne sais pas qui plaindre en premier dans toute cette histoire...
Et Peggy aussi, la dirigeante du club de journalisme. Toujours à se mêler de ce qui ne lui regarde pas. Mieux vaut l'avoir dans poche. Et il y a Capucine... Fourbe comme bonjour...
Ce mercredi après-midi, nous avons décidé de faire une petite virée au magasin de Leigh. J'y ai acheté là-bas une veste en cuir et après l'avoir payé, je me suis installée sur les petits tabourets pour patienter lors des séances d'habillages. Vous savez, les petits tabourets dans les cabines d'essayage. Voilà.
Alors, comme je disais... Je suis assise sur l'un de ces tabourets, que j'ai déplacé, après avoir demandé à Leigh bien sûr, pour me mettre près de la vitrine. J'aime bien regarder les passants... On tape un instant sur mon épaule gauche. Est-ce utile de préciser que j'ai sursauté comme une folle, manquant de faire tomber mon portable ?
-Ah... Désolé Airi.
-Pas grave Lysandre.
-Je peux ?
-Oui.

Il sourit et pose son tabouret en face du mien. Je crois que mon idée l'a inspiré. À moins qu'il ne le fasse depuis longtemps déjà...
-Dis, tu penses qu'il va se passer un jour SANS que je n'oublie mon carnet... ?
-Oui, je pense qu'un jour, ça va arriver, dis-je avec un sourire.
-Eh bien, ce jour est arrivé !

Il sort triomphant son carnet de sa veste noire et me souris, fier de lui.
-Eh ben, je suis fière de toi Lysandre !
-Ne te moque pas s'il-te-plaît...

Il fronce un peu des sourcils et moi baaaah... Je fixe ses yeux si différents... Ils sont beaux, magnifiques, spectaculaires...
-Airi, qu'est-ce que tu as à me fixer ainsi ? J'ai quelque chose sur le visage ?
 
J'entends sans comprendre ses paroles et je le vois froncer des sourcils.
-Airi ?

Il passe sa main devant mon visage et je décroche enfin de la contemplation faciale.
-Hein ? Ah... Désolée...
-Ce n'est pas grave.
-Dis, tu crois que les erreurs que l'on peut commettre dans le passé peuvent être réparées ?
-Tu veux dire ?
-Forcer les sentiments de quelqu'un... Le blesser, à l'intérieur, alors que l'on a l'impression de le protéger du danger...
-Je pense que si on veut vraiment réparer ses erreurs du passé, c'est possible de se faire pardonner. Mais il faut bien le faire, en sachant que certaines personnes ne voudraient plus avoir à faire avec celui ou celle qui l'a blessé...

Il ne me demande pas pourquoi je lui pose cette question et je le remercie. Même s'il pourrait croire que c'est pour la réponse qu'il m'a donné.
-Hey, vous v'nez, dit Rosalya qui se penche près de nous ?
-On arrive, dit Lysandre.

On part de la boutique, en direction du parc.
Là bas, nous trouvons un petit coin au bord de l'eau où il y a à peu près cinq bancs. On se pose sur les bancs et on se met à discuter de tout et de rien.
C'est finalement un message de ma tante qui m'oblige à partir.
-Je dois vous laisser messieurs et mesdames, je m'en vais !
-Oh, déjà, dit Iris qui est sur le point de taper Alexy parce qu'il a « supposé » que la rousse était amoureuse d'Armin ?
-J'en suis moi même désolée... Je vais rater le meurtre d'Alexy...
-Hé !
-Mais Iris, si tu veux sortir avec Armin... Tuer son jumeau n'arrangerait rien...
-Mais... !
-Je crois que je vais y aller !

Iris m'envoie une ou deux insultes et je crois même qu'elle m'a dit un tu verras quand tu s'ras amoureuse ! J'vais me venger !
Et le pire, c'est qu'elle était vraiment sérieuse...
O0o.o0O

Le reste de la semaine se passe sans encombre. Dimanche est déjà là et ma tante me presse à m'habiller pour je-ne-sais-quelle-raison...
-Dépêche !
-Tata... On est dimanche... Il est 8H...
-Dépêche toi !

Je grogne et finie de m'habille. Elle m'a réveillé à 7H45 et je n'ai eu le temps d'avaler qu'une tartine.
Elle me presse et je rentre dans la voiture à l'avant. À peine ma ceinture attachée et le moteur en marche, je m'endors comme un masse.
O0o.o0O

Il n'y a aucun bruits... J'émerge du sommeil et regarde autour de moi. Je suis dans la voiture, mais il n'y a personne dedans, sauf moi. Je tourne un peu sur moi même et cherche mon téléphone, dans la poche de ma veste enfilée à la va-vite. J'ai un message...
« Coucou ma puce ! Tu dormais alors je ne t'ai pas réveillé. Dès que tu te réveilles, rejoins-moi au Terminal 2. Bisous ma puce. »
Terminal 2 ? Attendez là... On est à l'aéroport ? Whaaaaaaat...
-Mais qu'est-ce qu'elle a encore foutu ? Elle pouvait pas me réveiller comme les personnes SENSEES ?
 
Je sors de la voiture, et vérifie que je ne peux plus ouvrir la portière. Fermée de l'intérieur. Au moins ça, c'est fait.
Je me dirige vers ce fameux Terminal 2 et regarde un peu autour de moi. Et c'est l'heure qui me réveille complètement : il est 11H... Ok... On est où là ?
Je cherche un peu, slalomant entre les gens qui traînent de lourdes valises ou poussant des chariots pleins à craquer tandis que j'essaye en vain d'appeler ma tante. Messagerie, messagerie, messagerie...
C'est un gag. Un immense gag. Une caméra cachée... Putain... Elle m'a emmené à Lyon... À l'aéroport de Lyon. Expliquez moi le délire !
Et puis, pourquoi elle m'a emmené là ? Hein ? Pourquoi ?
-Qui c'eeeeest ?

Des mains se mettent devant mes yeux et je ne pige plus rien.
-Mais...
-Allez Airi, c'est simple !
-Heeeeeeeeeeeeu... Je sais pas moi !
-Mais c'est simple !
-Je sais pas !
-Allez !
-J'suis pas d'humeur Jeanne.
-Bah tu vois quand tu veux !

Le timbre de la voix ne m'a pas trompé. Les mains s'enlèvent de mon visage et je prends dans mes bras ma cousine, d'un an ma cadette. Elle m'a manqué. Vraiment beaucoup.
-Mais qu'est-ce que tu fous là ?!
-Surprise !
 
Elle rigole et je fronce des sourcils. Je ne comprends plus rien.
-Tu nous manquait trop alors on vient te faire chier encore un peu !

Elle sourie de toutes ses dents et je me pince, juste au-cas-où...
Eh ben non... Mes cousins viennent. Ils viennent vivre ici, à Sweet City...
Mais... Si eux viennent... Est-ce qu'il viendra lui aussi ? Je ne l'espère pas...
O0o.o0O
 
Et voilà le deuxième chapitre ! Comment l'avez-vous trouvé ?
Les kiff's et les commentaires sont la bienvenue,
pour que je sache comment vous trouvez ce que j'écris
et ce que vous en pensez !
Bonne lecture pour le prochain chapitre !

Tags : Chapitre 2 - Fiction 1 - Amour sucré

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.52.8) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Ayumu

    01/02/2017

    The-Insane-Child wrote: "Coincée sous le canapée ~ le tube de cet hiver UwU"

    Déjà dans vos rayons~

  • The-Insane-Child

    01/02/2017

    Coincée sous le canapée ~ le tube de cet hiver UwU

  • Ayumu

    08/01/2017

    Flower-Ryu wrote: "j'ai adoré *^*"

    Merci ^^

  • Flower-Ryu

    06/01/2017

    j'ai adoré *^*

  • Ayumu

    29/08/2016

    Eden--Fic wrote: "Babibel XD J'en peux plus je me marre à chaque ligne x)"

    Merci ^^ je me suis moi même marrer quand je l'ai écrit X)

  • Eden--Fic

    28/08/2016

    Babibel XD J'en peux plus je me marre à chaque ligne x)

  • Swippe

    17/07/2016

    J'adoore ^^
    Désolée, j'avais pas posté de commentaires jusqu'à présent. 'Fin bref, dans tous les cas j'aime beaucoup, et j'ai hâte de lire la suite mais là j'ai plus le temps... Les chapitres sont assez longs et c'est bien '^' Bref, bonne continuation. ~

Report abuse